...
Son Excellence Macky Sall, Président de la République du Sénégal
...
Son Excellence Monsieur Ousmane PAYE, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Sénégal au Canada

  • Biographie


  • Recherche

    L’Ambassade de la République du Sénégal à Ottawa vous souhaite la bienvenue sur son site internet.


    Gastronomie Sénégalaise

    Le Sénégal a la réputation d'offrir la meilleure cuisine d'Afrique de l'Ouest, le thiep bou dien est son plat national. Il se compose de poisson, généralement du thiof, de légumes variés et de riz. Le thiof, Epinephelus aeneus ou mérou bronzé, est le poisson le plus renommé au Sénégal pour sa chair ferme et fine. La richesse du Sénégal réside dans la diversité de ses produits halieutiques, lottes, soles, dorades, saint-pierre, badèches, ombrines, carpes rouges, carangues, capitaines, barracudas, thons … Sans oublier poulpes, gambas, langoustes, araignées, huîtres de palétuviers ...

    Le poisson est transformé suivant différentes techniques, braisé pour le kéthiakh, séché pour le tambadiang, salé et séché pour le sali, salé, séché et fermenté pour le guedj.

    Le kaldou, plat d'origine casamançaise, est du poisson préparé avec de l'huile de palme, des légumes et du riz accompagné d'une sauce aux citrons verts.

    La viande de bœuf et d'agneau est très savoureuse, les sénégalais en consomment peu car c'est un produit cher, elle est remplacée par le poulet. Sur les marchés la viande est découpée car elle est la plupart du temps cuite en morceaux dans l'eau. Dans les dibiteries, petites échoppes qui grillent la viande de bœuf ou d'agneau au feu de bois, les brochettes de viande enrobée d'épices sont délicieuses.

    Le thiep bou yapp est un plat de viande mijoté avec le riz dans une sauce à l'huile de palme et aux tomates.

    Le yassa est un plat d'origine casamançaise, poulet, poisson ou viande mariné dans une sauce aux oignons, citrons verts et épices, accompagné de riz ou de fonio, céréale au goût très fin que l'on trouve en Casamance. Le riz est la principale source de nourriture, mais il y a aussi le mil, beaucoup moins cher, pilé en semoule ou en farine. Consommé sous forme de bouillie avec du lait, ou en sauce avec de l'arachide et du bouy. Le bouy est le pain de singe, le fruit du baobab au goût acidulé. La feuille de manioc, un arbuste, est utilisée pour la préparation des sauces. Sa racine est un féculant utilisé comme légume pour garnir les plats. Pilé en semoule, atiéké, il accompagne les poissons grillés et épicés.

    Le mafé est un plat à base de bœuf ou de poulet, servi avec du riz et une sauce onctueuse à la pâte d'arachide. L'arachide est la principale culture, son huile remplace le beurre et parfume viandes et poissons. Sur les marchés, on vend des biscuits recouverts de beurre d'arachide et d'arachides grillées.

    Le domanah, également à base d'arachide, contient de la viande, ou du poulet, accompagné d'une sauce épicée à l'huile de palme et de riz. Vous trouverez partout du pain, dans les boulangeries modernes de Dakar il est proche du pain français. Dans les villages le pain de brousse cuit au feu de bois, plus petit et plus dense, est délicieux

    Un artisanat sénégalais riche et varié

    Vous ne trouverez pas au Sénégal des sculptures traditionnelles, des statuettes et des masques rituels comme vous pourrez en voir dans d'autres pays d'Afrique Noire.

    Par contre, vous y découvrirez un artisanat spécifique très varié et constaterez un développement très important des arts plastiques, du théâtre, de la danse et de la musique, de l'écriture, très tôt mis en valeur grâce au Président Senghor.

    Un artisanat dynamique

    L'artisanat, consacré autrefois aux objets utilitaires ou traditionnels, s'est fortement développé et diversifié.

    Les peintures sous verre, portraits naïfs des scènes religieuses et de la vie quotidienne, sont une des particularités du Sénégal et connaissent une nouvelle vogue grâce au tourisme.

    Les djembés,tambour d’origine mandingue, a également acquis une grande notoriété et, grâce aux touristes s’est développée une très grande production.

    Le domaine du textile est très développé : les tisserands, que l’on peut voir le long des trottoirs, tissent de longues et étroites bandes de coton qui seront ensuite assemblées.

    Les teinturières plongent les tissus dans de grands bains de teinture, le font sécher au soleil, puis le batte pour lui donner un aspect brillant. Les tailleurs tiennent de minuscules échoppes partout dans la ville et et cousent les traditionnels boubous, réalisent les broderies en fil doré, et peuvent reproduire n’importe quel vêtement d’après la photographie d’un catalogue.

    L’art du bijou s’est fortement développé. De très nombreuses boutiques tenues par des Wolofs vous proposeront des bijoux en or 18 carats, à des prix bien inférieurs à ceux de l’Europe, tandis que les Maures travaillent principalement l’argent. Ici aussi, vous pouvez demander à reproduire une parure d’après une photographie.

    La poterie a d'abord un usage utilitaire. Il s'agit d'abord des canaris, les récipients posés sur une branche fourchue plantée dans le sol pour le stockage de l'eau, que l'on trouve beaucoup dans la région du fleuve Sénégal ;

    la porosité du canaris permet à l'eau de garder toute sa fraicheur. Il y a ensuite les "ande", petits récipients qui recoivent des cendres et des braises pour faire brûler l'encens (le tiourayeTiourayeMélange d'encens et d'autres arômes que l'on fait brûler sur un petit réchaud rempli de braises et de cendres (le "ande") pour parfumer une pièce ou des vêtements.), qui réchauffe la pièce durant la saison froide et parfume les vêtements.

    En attente de revision

    Musique et instruments du Sénégal

    La musique et la danse sont omniprésentes. Le Sénégal est un pays riche en valeurs musicales et de nombreuses occasions sont prétextes à des rassemblements autour des griots où battements de mains et déhanchements ravissent un public souvent nombreux. Chaque groupe éthnique a sa musique et ses instruments qui lui sont propres.
    Danser, frapper, pincer...

    Le Sabar
    La musique des wolofs est jouée principalement avec le neunde, tambour taillé dans un morceau de bois massif, en forme de mortier, et recouvert de peau de chèvre. La peau est tendu à l’aide de sangles et de tiges en bois. La percussion se joue à l’aide d’une baguette, qui donne une sonorité très caractéristique. Le soliste est souvent accompagné par

    le thiol et le bang bang, instruments de la même famille. Le Sabar est utilisé pour les baptêmes ("nguinté), les mariages ("tak") et les grands événements du village ou du quartier. Les sabars et les tanebers (sabars du soir) sont pour les femmes l’occasion de se vêtir de leurs plus beaux boubous et de dévoiler leurs charmes par leur jeu de jambes.

    Le sabar est aujourd’hui mondialement connu grâce à Doudou Ndiaye Rose, qui a composé un orchestre de neunde.

    Le DjembéTambour originaire du pays mandingue. Evidé et sculpté en une seule pièce, il est recouvert d’une peau de chèvre tendue par un tressage de corde. Il es frappé à la main.

    Le tambour djembéDjembéTambour originaire du pays mandingue. Evidé et sculpté en une seule pièce, il est recouvert d’une peau de chèvre tendue par un tressage de corde. Il es frappé à la main.

    originaire du pays mandingue, se trouve désormais dans toute l’Afrique de l’Ouest. Il est l’instrument-roi des ethnies Malinké, Soussou et Baga de Guinée. Au Sénégal, il fait désormais partie du bagage de retour de très nombreux touristes.

    Evidé et sculpté en une seule pièce, il est recouvert d’une peau de chèvre tendue par un tressage de corde, qui est frappée à la main. Chaque musicien personnalise son instrument à son goût et certains y ajoutent des sonnailles métalliques (les sésé, séséké ou oreilles) pour lui donner un tintement métallique.

    Le Nguel
    La musique traditionnelle des sérères est jouée essentiellement avec des calebasses retournées, le musicien faisant usage des ses dix doigts. Le Gamb est une calebasse entière, évidée, sur laquelle on frappe avec les doigts bagués. Le nguel est souvent organisé durant la saison des pluies quand les sérères rejoignent leurs villages pour les activités champêtres.

    Le Wango
    Le wango est la danse traditionnelle des Poular. la musique est jouée avec le riti ou lehodou, qui est une petite calebasse sur laquelle on tend une peau de bœuf avec quatre cordes.

    En Casamance, les Diolas, les Mankagnes, Socés, Balantes ont également leur musique propre, très rythmée, jouée avec des tambours, des balafons (xylophone en bois, avec des caisses de résonance en calebasse), des kessing-kessing et des dioundioug. Musiques et chanteurs Du rythme traditionnel des Ndiaga Mbaye, Samba Diabaré Samb, les artistes reproduisent l’essentiel pour le mélanger à des sonorités de plus en plus modernes.

    Ainsi sont nés le Mbalax et le Yella , dans leur forme actuelle. Le Mbalax est sans doute la musique sénégalaise la plus connue, grâce notamment à Youssou Ndour. A un rythme endiablé, il mêle désormais des instruments européens (guitare, flûte et trompette) aux instruments typiquement sénégalais comme le djembé, le tama (tambour d’aisselle), le kessing-kessing.

    Le Yella, rythme d’origine pulaar connaît moins de succès au Sénégal, même s’il s’est exporté grâce à Baaba Maal, principal précurseur. Cette génération de chanteurs, à laquelle appartient certains grands noms de la musique sénégalaise tels que, Ismaël Lô, Omar Pène, Thione Seck est venue donner l’impulsion et le rayonnement actuel de la musique sénégalaise.

    Le Mbalax a connu vers le début des années 90 un nouveau regain d’énergie, avec l’apparition de groupes tels que le Lemzo Diamono, qui a vu le passage de bon nombre de chanteurs actuels, tels Fallou Dieng, Alioune Mbaye Nder. A ceux-là on peut ajouter Coumba Gawlo Seck, et plus récemment Viviane Ndour, Pape Diouf, Abdou Guité Seck, Ndongo Lô, Titi .

    Le précurseur de la Salsa version sénégalaise , qui mêle musique de Cuba et du Sénégal, est Laba Socé et l’Orchestra Baobab, qui ont été suivis par des groupes comme Africando, Super Cayor, le Sabador... La musique rap n’a pas épargné le Sénégal avec des groupes comme Positive Black Soul, Daara J, Bat’haillon Blindé, Nix, etc.

    D’autres grands noms encore : les frères Touré Kunda, originaires de Casamance et grands joueurs de Kora, les Frères Guissé, musiciens Al Poular, Cheikh Lô et bien d’autres...